Le démantèlement d’Azur Chimie inquiète l’ADEVIMAP

Publié par Laissez vos commentaires

L’Association de Défense des Victimes de Maladies Professionnelles écrit une lettre au préfet pour lui indiquer son inquiétude quant à la santé des riverains du site, des passants et des personnels employés pour sa démolition.

« Ce démantèlement conduit à la destruction d’un site sensible, une ancienne installation industrielle classée SEVESO 2 et Amiante », souligne dans son courrier Houssine Rehabi, administrateur de l’ADEVIMAP.

L’association, en contact avec des riverains et d’anciens salariés du site connaissant les dangers inhérents à ses activités, tient à s’assurer que la démolition en cours ne porte pas atteinte à leur santé. Plusieurs voix se sont déjà élevées en ce sens, jugeant que les travaux se déroulaient dans des conditions anormales.

« Les bâtiments existants sont nombreux et la présence de milliers de mètre carré (M2) de plaque en fibrociment « Eternit » nous interpelle quant à leur démontage et leur mise en décharge. D’ores et déjà , nous avons assisté à la destruction au tractopelle d’un des bâtiments (ex atelier Pyrochek) et de son bardage en fibrociment, ce qui mérite, à notre avis, une explication », poursuit Houssine Rehabi.

L’ADEVIMAP demande donc que soit porté à sa connaissance les résultats des études effectuées et des mesures de dépollution prises sur le chantier, ainsi que le détail des contrôles de la remise en état du site d’un point de vue environnemental et sanitaire.

Des copies de ce courrier ont également été adressées aux maires de Port-de-Bouc et de Martigues, à l’Inspecteur du travail et au directeur de la DREAL.

Affaire à suivre…