Amiante: le préjudice d’anxiété reconnu

Publié par Laissez vos commentaires

Plus de 500 anciens travailleurs de l’amiante, pour la plupart rassemblés à La Seyne hier soir, ont vu le préjudice d’anxiété reconnu par le tribunal des prud’hommes de Toulon.

Il reste encore du chemin à parcourir, mais c’est une belle victoire ». Il est 18 heures passées, hier, lorsqu’Henri Tite-Grès prend la parole devant 400 anciens employés des chantiers. Le président de la Mutuelle de la Méditerranée avait convoqué une assemblée générale extraordinaire, afin de partager avec les adhérents une bonne nouvelle. Le matin même, et pour la première fois, le tribunal des prud’hommes de Toulon a rendu une décision reconnaissant le préjudice d’anxiété pour les personnels ayant travaillé au contact de l’amiante. 10.000 euros d’indemnisation

« Cela signifie qu’il ne faut pas être malade ou mort pour faire une action en Justice, décrypte l’avocate Julie Andreu (cabinet Teissonniere). Le tribunal confirme qu’il y avait une réglementation et que la direction de l’époque l’a méconnue ».

Déjà reconnu par la Cour de cassation en 2010, ce préjudice, s’applique donc pour les quelque 550 dossiers concernés par la décision d’hier. Tous des ouvriers qui travaillaient pour la Normed.

D’autres dossiers, en cours d’instruction, feront l’objet de décisions ultérieurement. Autre motif de satisfaction, le montant de l’indemnisation (10 000 e) est assorti d’une « exécution provisoire » couvrant la moitié de la somme. En clair, les personnes concernées par la décision, toucheront dans les prochains mois 5 000 euros (qu’il y ait appel ou non). Une somme qui sera versée non pas par la Normed, liquidée depuis des décennies, mais par l’Assurance garantie des salaires.

Marina Helli