Des scientifiques de 28 pays dénoncent l’exportation d’amiante par le Québec

Publié par Laissez vos commentaires

Dans une lettre rendue publique le 28 janvier, les scientifiques signalent que le Québec n’utilise pratiquement pas l’amiante extrait de son sous-sol. En outre, le Québec dépense des millions pour ôter l’amiante des écoles et des bâtiments qui lui appartiennent.

Les scientifiques du Québec ont dénoncé la politique gouvernementale encourageant l’utilisation de l’amiante et documenté qu’au Québec même, il s’avère impossible d’appliquer les méthodes sécuritaires d’utilisation de l’amiante Les scientifiques signalent au Premier ministre qu’il s’agit là d’une attitude qui déshonore la réputation internationale du Québec, puisqu’il ne semble pas pratiquer ce qu’il prêche.

Parmi les signataires on compte Devra Davis, experte américaine du cancer ainsi que Sue Janse van Rensburg, directrice générale de l’Association contre le cancer d’Afrique du Sud (CANSA) qui signale que « le Québec est lui-même confronté à une épidémie inquiétante de maladies causées par l’amiante et continue d’en exporter vers les pays en développement où on trouve beaucoup moins de moyens de protection qu’au Québec. Ceci est tout simplement indéfendable.

«  »L’Afrique du Sud exportait de l’amiante mais l’interdit maintenant », constate le docteur Davis. « Quand un pays se trouve confronté à d’énormes difficultés économiques comme l’est l’Afrique du Sud et qu’il est capable de bannir l’exportation de l’amiante, pourquoi le Québec ne le pourrait-il pas?

« Les scientifiques déplorent que le gouvernement dirigé par M. Charest finance la propagande de l’industrie tout en refusant d’entendre ses propres experts.

« Les scientifiques indépendants du Québec et de l’Inde se font calomnier et intimider par l’industrie soutient Devra Davis, signalant que l’industrie de l’amiante de l’Inde a prévenu un certain nombre de chercheurs qu’ils seraient l’objet de recours en justice s’ils ne désavouaient pas leurs articles portant sur les risques pour la santé qui sont liés à l’amiante chrysotile.

« Nous demandons au Premier Ministre Charest de condamner ces menaces que des intérêts particuliers font peser sur la recherche indépendante. Nous lui demandons d’endosser les scientifiques de son gouvernement et d’agir en homme d’honneur en mettant fin à l’exportation par le Québec d’un produit mortel », déclarent les scientifiques dans leur courrier.