Amiante au CHRU de Besançon : 24 patients transférés

mars 23, 2015 1:39 Publié par Laissez vos commentaires

Des mesures exceptionnelles de précaution ont été prises par les responsables de l’établissement après la découverte de particules dans l’air du service hématologie.

L’injonction est très clairement affichée à trois reprises sur l’épaisse porte battante qui donne accès au service hématologie du CHRU de Besançon : « Entrée interdite ».

Depuis mercredi en fin d’après-midi, cette unité d’hospitalisation dotée de 24 lits fait l’objet de mesures de précaution exceptionnelles prises suite à la découverte de particules d’amiante dans l’atmosphère. Le résultat des analyses effectuées le 24 février, parvenu le 11 mars, a révélé la présence d’un taux de fibres par litre presque deux fois supérieur au seuil réglementaire, annonce l’hôpital qui a immédiatement mis en place un dispositif strict pour isoler ce service du reste de l’établissement. Les quinze jours incompressibles de battement correspondant au temps d’attente nécessaire à l’analyse des prélèvements par un laboratoire spécialisé.

« Coup de chapeau à l’hôpital public »

« Dès la connaissance de cette donnée et sans attendre les analyses complémentaires et vérifications en cours, les mesures de protection des patients, du personnel et des visiteurs ont été mises en œuvre », assure le CHRU. Lequel a parallèlement provoqué hier une réunion de crise, avant le CHSCT qui doit se tenir la semaine prochaine et qui reviendra à n’en pas douter sur cette complication.

« Ce qui importe, ce sont les patients et le personnel, que tout se passe pour le mieux pour eux », indique une représentante syndicale. « Dans cette épreuve, il faut tout de même donner un coup de chapeau à l’hôpital public qui a su réagir avec rapidité. Des agents ont même proposé de revenir pour renforcer les équipes ».

Car l’heure est à l’action. La priorité étant de délocaliser les 24 patients du service vers une autre aile du CHRU. En maintenant l’atmosphère sain indispensable à ces personnes qui doivent endurer une faiblesse immunitaire. « On déménage quatre patients à l’heure », détaille Patrice Barberousse, le directeur général de l’établissement hospitalier. « Ce vendredi à 14h, le transfert de tous les malades sera terminé. Sachant que toutes les mesures de sécurité ont été détaillées au personnel. Il ne faut pas oublier non plus qu’il s’agit d’un service de recours régional, c’est-à-dire que c’est le seul service de ce type en Franche-Comté, voire en Bourgogne/Franche-Comté pour certaines activités ».

Pour garantir la réussite de cette procédure exceptionnelle, les équipes ont été doublées. La translation n’a pu être déclenchée qu’à partir du moment où le service d’accueil des patients d’hématologie, le service de soins de suite et réadaptation était entièrement vidé de ses occupants. « Certains patients de ce service ont été accueillis en interne et d’autres transférés vers d’autres établissements périphériques dont il faut aussi saluer la réactivité », observent Patrice Barberousse et son directeur adjoint, Samuel Rouget, tous deux sur la brèche depuis la réception des mauvais résultats.

Une fois que tous les patients auront été délocalisés, des investigations poussées seront menées dans le service afin de déterminer avec précision l’origine de cet empoussièrement à l’amiante. » C’est uniquement une fois que les causes auront été trouvées et réglées que le service pourra rouvrir ».

Éric BARBIER