Amiante : Nouvelle mobilisation

octobre 17, 2014 5:17 Publié par Laissez vos commentaires

L’association Centaure appelle à une grande manifestation le 21 octobre devant le Palais de justice d’Aix-en-Provence

« Les victimes obligées à rembourser l’indemnisation du préjudice d’anxiété », dénonce Centaure.

CA Aix

L’association de défense des victimes de l’amiante appelle à participer massivement à la manifestation prévue à Aix-en-Provence le 21 octobre prochain.

« Après l’arrêt de la cour de cassation du 2 juillet, la machine de guerre judiciaire vient de se mettre en route contre les victimes de l’Amiante », indique Centaure dans un communiqué.

« En effet, les premières victimes indemnisées viennent de recevoir à leur domicile une lettre les sommant de restituer les sommes obtenues par jugements du conseil des prud’hommes et de la cour d’appel pour l’indemnisation du préjudice d’anxiété par le Fonds de garantie des salaires, l’AGS », décrit Pierre Bouvier le président de Centaure. « Le cynisme va jusqu’à considérer celles-ci comme des banquiers, puisqu’il leur est précisé que des intérêts leur seront demandés s’ils ne s’acquittent pas de rendre les sommes reçues au titre de dédommagement », dénonce-t-il.

L’association Centaure « ne peut se résigner à voir tous les jours des victimes du plus grand scandale sanitaire de ce siècle décéder des suites de cette maladie, tandis que leurs employeurs qui sont à l’origine de ces décès, et malheureusement de ceux à venir, seraient dédouanés de réparer le préjudice dont ils ont la responsabilité ». Aussi, en collaboration avec toutes les associations et syndicats concernant en Paca, l’association appelle à une grande manifestation le 21 octobre devant le Palais de justice d’Aix-en-Provence, jour de la tenue de la première audience avec une nouvelle présidence, « en charge d’une institution judiciaire qui fonctionne de façon très dégradée : les victimes doivent attendre 12 à 18 mois pour obtenir un jugement ! » « Nous y clamerons haut et fort que les victimes de l’amiante n’acceptent pas d’être ainsi traitées ! », conclut Centaure. Un car sera affrété pour les adhérents, sur réservation.*