ARCELOR MITTAL DOIT ETRE CLASSÉ « AMIANTE »

avril 27, 2017 1:19 Publié par

la reconnaissance d’ARCELOR MITTAL/FOS comme site Amiante ne serait que justice
L’Amiante était massivement utilisée dans la sidérurgie et malgré l’avis favorable de l’inspection du travail, le ministère a refusé d’inscrire Arcelor Mittal Fos dans la liste des établissements classés « Amiante ».
Depuis de nombreux mois les syndicats CGT et CFDT, en parfaite collaboration avec l’ADEVIMAP ont saisi le Tribunal Administratif pour faire annuler cette décision.
L’Audience Publique aura lieu le 2 Mai 2017 à 14h au Tribunal Administratif de Marseille
24 Rue Breteuil 13006 Marseille
En plus de 40 ans d’existence le site aura été le lieu de contamination de plusieurs milliers de travailleurs (11000 salariés organique sans compter des milliers de sous-traitants et intérimaires), le nom de l’entreprise change, les maladies pulmonaires restent les mêmes, elles sont dues à l’amiante et autres produits dangereux.
Nous sommes en 2017, soit vingt ans après la parution du décret interdisant l’utilisation de l’amiante.
Et pourtant, les travaux de désamiantage n’ont toujours pas éliminé ce poison, il est toujours présent dans notre usine, que ce soit dans nos murs, mais aussi sur nos installations industrielles, et dans l’air que nous respirons. Le nombre de maladie professionnel et de décès doivent nous faire prendre conscience de l’ampleur de ce fléau.
Déjà en 1999, 1050 salariés étaient suivi par la Médecine du travail pour avoir été exposés à l’Amiante. En 2011, l’inspection du travail dénombrait 311 déclarations de maladies professionnelles relevant des maladies liées à l’exposition à l’amiante.
Encore aujourd’hui les représentants du personnel et l’association, constatent que le nombre de dossier de maladies professionnelles est en constante augmentation.
Les syndicats CGT et CFDT demandent l’annulation de la décision ministérielle et demandent à ce que le site soit reconnu comme « site Amiante », afin que les salariés exposés puissent bénéficier d’un départ anticipé en préretraite, et assurer leur suivi médical.
Pour appuyer le travail des syndicats, 220 retraités ex-salariés d’Arcelor ont déjà témoigné des travaux qui les ont exposés à l’amiante. Certains accompagnés d’actifs et d’adhérents d’ADEVIMAP seront présents lors de cette audience.
Nous vous invitons à venir nous soutenir lors de ce rassemblement.