Chimioperfusion transartérielle:Un nouveau traitement prometteur pour le mésothéliome

juin 19, 2020 6:49 Publié par


Par Jean-Guillaume Bayard


Un traitement par chimioperfusion transartérielle présente des résultats très prometteurs et efficaces pour soigner le mésothéliome, un cancer dévastateur de la plèvre, les membranes entourant les poumons.

L’ESSENTIEL


Le mésothéliome pleural malin est un cancer de la plèvre très agressif qui résulte généralement d’une exposition à l’amiante.
Le nouveau traitement est une chimio-perfusion transartérielle qui fournit une concentration élevée de médicaments aux tissus malades dans la muqueuse des poumons.
Grâce au nouveau traitement, le taux de contrôle de la maladie est de 70,3% avec un taux de survie qui grimpe à 8,5 mois à compter du début de la chimioperfusion.
Le mésothéliome pleural malin (MPM) est une tumeur primitive de la plèvre, très agressive, pour laquelle il n’existe aucun traitement curatif. Ce cancer est principalement causé par l’exposition à l’amiante et les premiers symptômes peuvent apparaître jusqu’à 40 ans après avoir été au contact du matériau pour la première fois. Chaque année ce sont entre 800 et 1000 nouveaux cas qui apparaissent en France.

Prolonger l’espérance de vie


Des chercheurs américains du Moffitt Cancer Center de Tampa ont développé un nouveau traitement qui améliore la qualité de vie des patients. Ils ont présenté leurs résultats lors d’une session virtuelle de la Société de la réunion scientifique annuelle 2020 de la radiologie interventionnelle, le 14 juin. “Le taux de survie typique des patients atteints de MPM de stade 3 et 4 est d’environ 12 mois après le diagnostic, rappelle Bela Kis, chercheur principal de l’étude et radiologue interventionnel au Moffitt Cancer Center de Tampa. Mais avec ce nouveau traitement, nous espérons que nous pourrons prolonger la vie des patients au-delà de cela – en leur donnant plus de temps avec leurs amis et leur famille.”

Le nouveau traitement est une chimio-perfusion transartérielle. Il fournit une concentration relativement élevée de médicaments aux tissus malades dans la muqueuse des poumons pour maximiser l’effet du traitement en limitant les effets secondaires. Contrairement aux autres chimiothérapies administrées par voie intraveineuse et circulant dans tout le corps, les radiologues interventionnels injectent un tiers du cocktail de chimiothérapie contenant du cisplatine, du méthotrexate et de la gemcitabine directement dans l’artère mammaire interne qui alimente la plèvre. Les deux autres tiers des médicaments sont injectés dans l’aorte descendante, qui atteint les vaisseaux intercostaux qui alimentent également la plèvre.

Peu d’effets secondaires


Les recherches ont été menées sur 27 patients atteints de MPM et qui ont reçu le traitement par chimioperfusion. Ces patients ont précédemment reçu des chimiothérapies, radiothérapies ou encore une pleurectomie mais aucun de ces traitements n’a permis de freiner la maladie. Grâce au nouveau traitement, le taux de contrôle de la maladie est de 70,3% avec un taux de survie qui grimpe à 8,5 mois à compter du début de la chimioperfusion. Le traitement a été bien toléré par les patients avec un taux de complications majeures de 1,4% et la plupart des effets secondaires étaient relativement mineurs, notamment de légères nausées et des douleurs thoraciques. “Nous avons été agréablement surpris de constater que ce traitement ne s’accompagne pas des mêmes effets secondaires que la chimiothérapie intraveineuse traditionnelle, s’est félicité Bela Kis. Voir ces résultats prometteurs avec si peu d’effets secondaires signifie que nous sommes en mesure d’avoir un impact positif sur la qualité de vie de ces patients.”

Les chercheurs ont pour volonté d’étendre leur étude à d’autres centres de cancérologie avec un nombre plus important de patients atteints de MPM. Ils espèrent également ajouter de la flexibilité à l’étude pour permettre d’augmenter la posologie et de changer la combinaison de médicaments pour chaque patient afin de déterminer si l’une ou l’autre approche pourrait améliorer davantage les résultats.