LE 21 OCTOBRE 2014 à 9H00 LA Cour d’Appel Aix Centre-Ville

octobre 17, 2014 6:41 Publié par Laissez vos commentaires

                       PLUS DE 100 000 MORTS entre 1995 et 2015 :

                       UN VERITABLE HIROSHIMA SILENCIEUX

 

Une tragédie,une véritable catastrophe sanitaire et sociale, dont les pouvoirs publics , les employeurs et les industriels de l’amiante sont responsables.

Plein les poches pour les uns, plein les poumons pour les autres : pourtant, ils savaient.

Chaque semaine les associations recensent des décès parmi leurs adhérents.

Nos associations travaillent de concert avec les victimes afin d’obtenir réparation de leurs droits devant les tribunaux compétents. Ceux sont par là même des sanctions infligées à la négligence, incitatives à la prévention des risques professionnels relatifs à des cancérogènes dont les pathologies se déclarent bien souvent longtemps après l’exposition.

Les victimes de l’amiante et leurs familles n’ont pas besoin que la justice «en rajoute» par un fonctionnement anarchique!

  • Un dossier de victime saisi à la cour d’appel d’Aix sera jugé 12 à 18 mois après alors qu’à Douai il le sera en 3 mois!
  • Les audiences se tiennent à Aix-les-Milles où , le plus souvent, les victimes ne trouvent jamais la salle d’audience après avoir erré sur l’autoroute, l’endroit n’étant pas indiqué et le lieu tellement improbable.
  • Les offres du FIVA aux victimes ne sont pas versées en cas d’Appel à Aix en Provence, alors qu’elles le sont partout ailleurs. (refusant d’appliquer la procédure la CA d’Aix bloque les offres jusqu’au délibéré du jugement en appel, soit de 12 à 18 mois)

Traiter ainsi les victimes de l’amiante est inacceptable.

D’autant que depuis peu, la cour d’appel d’Aix a réduit considérablement le montant des indemnités accordées par les tribunaux de première instance.

D’année en année les réparations dues aux victimes de l’amiante diminuent…au motif qu’elles sont plus nombreuses que ce qui avait été prévu.Nous ne voulons pas d’une « marchandisation » des indemnisations… baisses sous prétexte que les victimes se comptent par millier dans notre région qui est la plus touchée de France.

Par ailleurs , des salariés exposés aux poussières d’amiante dont le préjudice d’anxiété a été reconnu et indemnisé par les tribunaux se voient aujourd’hui menacés de rembourser des sommes qu’ils ont pour la plupart utilisées. Les premières lettres de mises en demeure sont arrivées dans les boîtes aux lettres ! Les huissiers ne sont pas loin! On ne laissera pas faire. On s’opposera aux saisies.

TELLES SONT LES RAISONS DE NOTRE COLERE QUE NOUS ALLONS EXPRIME DEVANT CE TRIBUNAL ET AUPRES DU PRESIDENT DE LA COUR D’APPEL D’AIX

           LE 21 OCTOBRE 2014 à 9H 0 LA Cour d’Appel Aix Centre-Ville

 

Les associations:  SOS Amiante /Centaure  / AVAPA Arles/Pôle amiante/ ASAVA/ADEVIMAP/Mutuelle de la Méditerranée / ARDEVA SUD EST/ USTM CGT Région /Fédération CGT des Métaux / Syndicats CGT: Réparation navale / Port autonome/UL CGT La Ciotat/UD CGTMarseille.