« Les hérésies de l’amiante »

janvier 19, 2016 5:34 Publié par

Florent MULLER

Le constat effectué par les professionnels liés à l’amiante est alarmant. Selon eux, nous ne sommes qu’au début d’un long scandale.

Nous avons déjà près de 140 morts professionnelles liées directement à l’entreprise Eternit de Vitry-en-Charollais. Mais il y a également de nombreuses victimes indirectes, explique Jean-François Borde du CAPER (Comité Amiante prévenir et réparer). « Nous n’en sommes qu’au début, confirme Thierry Dubost de l’entreprise TRI’M de La Chapelle-sous-Dun, spécialisée dans le désamiantage. On en a encore pour au moins 70 ans car on ne sait pas où est cachée l’amiante. Nous n’avons pas encore connu le pic de décès lié à ce matériau. »

Ce produit industriel miracle de la fin du XIXe siècle avait de telles caractéristiques techniques que l’on en trouve partout. Aussi bien dans les matériaux de construction, que les textiles, les peintures, les appareils électroménagers. Selon Institut de recherches interdisciplinaires sur les sciences et la technologie (IRIST), une habitation sur deux contiendrait de l’amiante en France. Si ce produit reste dans un état stable, il ne représente pas de risque pour l’être humain mais il devient hautement cancérigène dès qu’il change d’état. Une simple inhalation peut alors suffire pour déclencher un cancer qui peut survenir jusqu’à 40 ans après une simple exposition. « Vous voulez faire des travaux chez vous en perçant un mur contenant de l’amiante, vous allez disperser dans l’air des particules d’amiante qui vont se coller sur vos vêtements. Si vous allez ensuite faire un câlin à votre enfant, celui-ci pourra développer un cancer dans les 40 prochaines années », explique Thierry de l’entreprise de désamiantage TRI’M.

Face à un tel risque, comment faire des travaux chez soi ? « Si votre maison est construite avant 1997, il y a un risque. Il faut déjà faire un diagnostic pour savoir où est l’amiante, explique le désamianteur. Si sa présence est confirmée, le particulier ne peut pas faire les travaux lui-même. Le désamiantage est une activité ultra-réglementée. Depuis le 1er janvier, tout intervenant sur corps de bâtiment doit avoir effectué une formation. » Ce besoin de formation s’explique par les risques encourus qui sont encore trop méconnus. La propagation de l’amiante se faisant par de la poussière qui peut-être invisible à l’oeil nu, chaque intervenant doit porter une combinaison intégrale. Un périmètre de sécurité doit être établi autour de la zone de contamination, des pompes doivent être installées pour aspirer les poussières dans l’air, des analyses doivent être effectuées après chaque étape, les ouvriers doivent ensuite passer par un sas de décontamination. « Quand j’ai commencé en 2009, nous étions loin d’avoir toutes ces normes et j’avoue quand on en a pris plein la tête, reprend Thierry. Mais chaque année, nous avons d e nouvelles normes. »

Bennes à amiante : un futur scandale ?

Le traitement des déchets lui-même est soumis à la réglementation sur les déchets dangereux. Ainsi chaque objet contaminé doit faire l’objet d’un double ensachage avec un étiquetage spécifique. De même pour le transport de ces déchets. « Il faut savoir que chacun est responsable pénalement des déchets qu’il entrepose et peut être poursuivi en cas de non-respect des consignes de sécurité. » À ce titre, un point spécifique fait bondir les professionnels de l’amiante. Les bennes à amiante dans les déchetteries : « C’est une hérésie s’insurge Jean-François Borde du Caper. Ces bennes doivent juste disparaître ! »

À en croire ces spécialistes, les problèmes liés à l’amiante ne sont pas près d’être terminés.

[« Si vous percez un trou chez vous…]

« Si vous percez un trou chez vous dans un mur contenant de l’amiante et que vous allez faire un câlin à votre enfant après, vous pouvez l’avoir contaminé. » Thierry, désamianteur

L’amiante c’est quoi ?

C’est un matériau naturel qui englobe plusieurs variétés de fibres minérales, dont les propriétés mécaniques, physiques et chimiques, ont conduit, dès la fin du XIXe siècle, à de nombreux usages dans l’industrie et le bâtiment notamment.

Par ses propriétés remarquables, l’amiante a tout du produit miracle. Il est résistant à la chaleur, isolant, On en trouve ainsi de partout, dans les toitures, la colle, la peinture, les fers à repasser, les rideaux…

L’industrie de l’amiante remonte à 1880 environ, date des premières exploitations de grands gisements canadiens et russes. L’essor sera donné par les industries textiles françaises et anglaises qui produisent des tissus incombustibles. Dès 1926, l’Angleterre reconnaît les premières maladies liées à l’amiante.

En 1977, les premières interdictions commencent.

En 1997, la France interdit l’utilisation de l’amiante sous toutes ses formes.

En 2005, l’Europe interdit à son tour l’utilisation de l’amiante.

Aujourd’hui encore de grands pays tels que le Canada continuent de produire et d’exploite