Médical

Les Maladies pulmonaires provoquées par l’amiante

Lorsqu’elles sont inhalées, les fibres d’amiante provoquent deux types de maladies qui affectent le poumon proprement dit (le parenchyme) ou son enveloppe (la plèvre) : des fibroses et des cancers.

LES FIBROSES

Les fibres inhalées provoquent une réaction de défense de l’organisme avec apparition d’un tissu fibreux qui entraîne une rigidification au niveau des bronches, des plèvres, des alvéoles pulmonaires et du tissu pulmonaire dans les interstices entre les alvéoles.

Ce tissu fibreux ralentit les échanges gazeux d’où un déficit en oxygène, voire des conséquences au plan cardiaque.

Ces zones fibreuses ont tendance à fixer le calcium. Cette calcification les rend encore plus rigides et plus imperméables aux échanges gazeux.

Les fibroses pleurales

Les deux plèvres forment une double enveloppe autour du poumon :

  • la plèvre viscérale (au contact de l’organe)
  • la plèvre pariétale (côté paroi extérieure, au contact des côtes)

Les plèvres sont élastiques et coulissent l’une sur l’autre quand on expire et inspire

Quand une fibrose atteint l’une de ces plèvres, elle perd de l’élasticité et devient localement plus épaisse et plus rigide

Les plaques pleurales

Le tissu fibreux se forme sur la plèvre pariétale. Ces plaques sont calcifiées lorsque des sels de calcium se fixent sur ce tissu qui durcit

Ce sont les fibroses les plus facile à repérer.

Les épaississements pleuraux

Le tissu fibreux se forme sur la plèvre viscérale

Il est souvent diffus et moins strictement localisé que les plaques pleurales. Comme il est au contact d’un lobe pulmonaqire, cela provoque de petites altérations sur ce lobe (que les radiologues appellent bandes parenchymateuses ou atélectasies par enroulement

Les plaques pleurales et les épaississements pleuraux peuvent provoquer des douleurs thoraciques (surtout les épaississements).

Ces maladies peuvent être déclarées sur le tableau 30 B de maladies professionnelles.

La fibrose pulmonaire (asbestose)

Elle est souvent qualifiée de syndrome interstitiel diffus, parce que le tissu fibreux est réparti de façon diffuse dans les interstices entre les alvéoles, ce qui le rend plus difficile à repérer par les radiologues.

L’asbestose entraîne une insuffisance respiratoire plus ou moins sévère, avec essoufflement répété à l’effort et même au repos chez les personnes les plus gravement atteintes.

Quand la fibrose rigidifie les petites bronches, elles les rend plujs fragiles aux polluants et aux infections.

Cette atteinte se traduit souvent par une toux plus ou moins chronique.

L’évolution des fibroses

Les atteintes par fibrose sont irréversibles et irréductibles aux soins. On peut soigner les complications et atténuer les conséquences ; on ne peut pas se débarrasser de la fibriose.

Selon la quantité d’amiante accumulée dans les poumons, la maladie est évolutive ou tend à se stabiliser. Pour les expositions très fortes, une évolution pouvant être fatale peut survenir en quelques années. Pour les expositions faibles à moyennes, cde qui est le cas le plus fréquent aujourd’hui, les fibroses sont décelées de 10 à 40 ans après la première exposition, en fonction de la dose accumulée dans les poumons.

LES PLEURESIES

Elles s’accompagnent d’un épanchement de liquide entre les deux feuillets des plèvres.

Elles peuvent récidiver ou non.

Elles sont parfois le signe annonciateur d’un mésothéliome et sont donc à suivre de près.

Elles relèvent du tableau 30 (partie B).

LES CANCERS DU POUMON ET DE LA PLEVRE

Deux types de cancers liés à l’amiante sont inscrits dans les tableaux de maladies professionnelles ;

Le cancer bronchopulmonaire

C’est le plus fréquent des cancers liés à l’amiante. Il est identique à celui du fumeur. Il peut apparaître de 10 à 40 ans après la première exposition.

Il est inscrit dans deux tableaux de maladies professionnelles : tableau 30 (partie C) lorsqu’il est accompagné d’une fibrose et tableau 30 bis lorsqu’il est seul)

Le mésothéliome

A la différence du cancer bronchopulmonaire, le mésothéliome est une maladie spécifique de l’amiante. Il peut survenir après des expositions faibles et de courte durée. Il apparaît en moyenne 35 à 40 ans après l’exposition.

Ce cancer touche le plus souvent les plèvres (enveloppe du poumon) et plus rarement le péritoine (enveloppe de l’intestin), le péricarde (enveloppe du coeur) ou la vaginale testiculaire.

C’est un cancer très grave, difficile à soigner.

Il est inscrit dans le tableau 30 (partie D) des maladies professionnelles.

Le tabac ne joue aucun rôle causal dans l’apparition d’un mésothéliome.

D’autres tumeurs pleurales primitives qui ont souvent les mêmes signes cliniques ou radiologiques mais présentent des différences à l’examen histologique sont inscrites sur le tableau 30 (partie E)

POUR EN SAVOIR PLUS

  • Télécharger le Guide amiante de l’Addeva 93 (44 pages)
    Vous pouvez aussi le commander en édition papier en téléphonant à l’Addeva 93 (01 48 37 34 64)
  • Lire les articles du docteur Lucien Privet parus dans le Bulletin de l’Andeva :

Les Maladies non pulmonaires provoquées par l’amiante

Les maladies dues à l’amiante les plus fréquentes sont des maladies du poumon et de la plèvre. Ce ne sont pas les seules. Les fibres d’amiante peuvent migrer dans l’organisme et provoquer des fibroses ou des cancers affectant d’autres organes. Ce fait est ignoré par de nombreux médecins. Or ces maladies peuvent et doivent être indemnisées.

Trois maladies dans les tableaux de maladies professionnelles

  • Deux concernent l’enveloppe du coeur (le péricarde) :
    • les plaques péricardiques (fibrose, tableau 30 B)
    • le mésothéliome péricardique (cancer, tableau 30-D).
  • Une concerne l’enveloppe de l’intestin (le péritoine) :
    • le mésothéliome péritonéal (cancer, tableau 30-D).

Des maladies « hors tableaux »

  • Effets cancérogènes de l’amiante évalués en 2013 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC)
    • Cancer du larynx : cancérogène avéré, avec des preuves épidémiologiques suffisantes,
    • Cancer de l’ovaire : cancérogène avéré, avec des preuves épidémiologiques suffisantes,
    • Cancers du côlon et du rectum : cancérogène possible, avec des preuves limitées, mais fortement suggestives(CIRC 2013).
      Une étude récente montre un effet cancérogène pour le cancer du côlon (ARDCO, 2016).
    • Cancers du pharynx : cancérogène possible, avec des preuves limitées..
    • Cancer de l’estomac: cancérogène possible, avec des preuves limitées..
  • Autres maladies dont l’origine « amiante » a pu être reconnue
    • Mésothéliome de la vaginale testiculaire,
    • Cancer du rein,
    • Fibrose rétropéritonéale,
    • Cancer de la trachée…

.

Les maladies qui ne figurent dans aucun tableau de maladie professionnelle peuvent être reconnues par le système complémentaire sur avis d’un Comité régional (CRRMP)

Elle a déjà aidé des victimes à obtenir la reconnaissance :

  • de cancers du larynx
  • d’une fibrose péritonéale (sans doute une première en France).

Pour en savoir plus

Télécharger des articles du docteur Lucien Privet parus dans le Bulletin de l’Andeva :

Télécharger d’autres articles