Nouvelles procédures contre l’amiante: Le Cerader va tenter de déposer de nouveaux dossiers malgré la prescription

mai 16, 2014 6:47 Publié par Laissez vos commentaires

Que les anciens de la Verrerie de Vianne passent outre le délai de prescription de cinq ans pour le préjudice d’anxiété,  » c’est jouable selon notre avocat « , affirme Patrick Zalio, président du Collectif d’élimination rapide de l’amiante et défense des exposés aux risques (Cerader – Albret).

Normalement, pour prétendre à des indemnités pour ce type de préjudice (craindre de tomber malade quand un salarié a travaillé au contact de l’amiante), la prescription est de cinq ans. Un délai largement dépassé pour les salariés de la Verrerie de Vianne. Sauf qu’une brèche reste ouverte, dans laquelle l’association veut s’engouffrer : l’entreprise n’a été reconnue comme utilisant de l’amiante qu’il y a deux ans.  » Attention cependant, c’est jouable, mais ce n’est pas gagné « , prévient Patrick Zalio. L’association s’attend à recevoir une quarantaine de dossiers, d’ici le 15 juin (date limite de dépôt des dossiers).

Audience le 22 mai

Des dossiers, il y en aura bien plus le 22 mai, pour l’audience aux Prud’hommes à Agen, toujours pour le préjudice d’anxiété.  » Les 80 premiers sont passés en avril. Chaque salarié a reçu 8 000 euros. Mais la décision fait l’objet d’un appel.  » Quant aux premiers cas,  » il y a un pourvoi en cassation, toujours de la part de la compagnie d’assurance « . Cette procédure particulière coûtant relativement cher,  » une souscription a été lancée pour soutenir les anciens de la Verrerie. Par solidarité, parce que ce sont eux qui nous ont ouvert la voie « .