Pollutions mortelles pour les 400 000 habitants de l’Etang de Berre : leucémie +250%, infarctus +54%

novembre 14, 2014 5:08 Publié par Laissez vos commentaires

Le pourtour de l’Étang de Berre est une zone densément peuplée, qui regroupe 29 communes et compte 400 000 habitants, où de nombreuses industries ont été installées depuis plus de 50 ans. La zone Fos-Étang de Berre est ainsi la zone industrielle la plus importante de la région Paca, regroupant sur plusieurs sites, un important complexe pétrochimique et sidérurgique. Les industries émettent de nombreux polluants atmosphériques qui en font une des zones les plus polluées en France.  430 installations classées pour la protection de l’environnement et plus de 60 % des établissements classés Seveso II « seuil haut » que compte la région Paca. Parmi ces établissements Seveso II, plus de la moitié (59 sur 82) sont dits « à seuil haut » parce qu’ils utilisent et stockent des matières dangereuses.

Les principaux secteurs d’activités concernés sont le raffinage pétrolier (Total, Esso…), la chimie organique (Naphtachimie, Arkema, Ineos…), la sidérurgie (Ferifos, Arcelormittal…) et la construction aéronautique (Eurocopter, Dassault Aviation). La majorité des industries est regroupée sur quatre sites principaux : Berre-l’Étang, Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône, le quartier de Lavéra à Martigues et celui de la Mède à Châteauneuf-les-Martigues.

il faut ajouter à cette pollution industrielle, une pollution automobile forte : Les émissions liées au trafic routier, maritime et aérien sont importantes en raison des nombreuses infrastructures présentes sur le territoire de l’Étang de Berre et ce territoire est traversé par un réseau routier et autoroutier particulièrement dense qui supporte un fort trafic de poids lourds lié aux flux interrégionaux et aux dessertes des zones industrielles, du grand port maritime de Marseille (GPMM)et de l’aéroport Marseille-Provence.

Les principaux polluants émis autour de l’Étang de Berre sont le dioxyde de soufre (SO2), le monoxyde et le dioxyde d’azote (NO et NO2), les particules et les métaux lourds qu’ils contiennent tel que l’ Arsenic (As), Cadmium (Cd), Nickel (Ni) et Plomb (Pb)), le monoxyde et le dioxyde de carbone (CO et CO2) et les composés organiques volatils non méthaniques (COVnm) dont le benzène.

La zone de l’Étang de Berre et de l’ouest des Bouches-du-Rhône représente à elle seule près de 80 % des émissions en dioxyde de soufre (SO2) du département, 80% des particules PM10 du département, 70 % des émissions de PM2,5 et 60 % des émissions de monoxyde et de dioxyde d’azote (NO et NO2),de  monoxyde et le dioxyde de carbone.

Le bilan de la surveillance de la qualité de l’air indique que les niveaux de SO2 mesurés sont les plus élevés de la région Paca : En 2008, toutes les stations de la zone d’étude ont dépassé le seuil de recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de 20 μg/m3 en maxima des concentrations moyennes journalières. Pour les concentrations de PM10, la moitié des stations dépassaient l’objectif de qualité de 30 μg/m3 et une station a atteint la valeur limite de protection pour la santé.

Ces émissions polluantes sont la cause de nombreuses interrogations de la part de la population, des élus et d’associations de médecins dont la principale attente est de connaître les effets de la pollution atmosphérique d’origine industrielle sur leur état de santé. Un premier bilan réalisé en 2006 faisait état d’une mortalité élevée notamment en population générale pour les pathologies respiratoires et l’ischémie cardiaque dans quelques cantons du pourtour de l’Étang de Berre et d’une surmortalité par cancer de la vessie, du poumon et de la plèvre chez les hommes du bassin d’emploi de Fos-sur-Mer par rapport à la métropole. La consommation d’antiasthmatiques est élevée par rapport au reste du département : Les enfants scolarisés en primaire âgés de 10-11 ans ont des excès de symptômes bronchiques et oto-rhino-laryngologiques (ORL) en lien avec une augmentation des niveaux moyens journaliers de SO2 et de NO2.  Environ 20 % des enfants enquêtés souffrent de rhume des foins, 11 % de rhinite per annuelle et 10 % d’asthme.

Une étude épidémiologique a donc été lancé pour évaluer l’impact de cette pollution sur une population relativement jeune avec une proportion de personnes âgées de 65 ans et plus inférieure à celle de la région (14,8 % vs 19 %).

Pour lire la totalité de l’enquete :

http://www.docbuzz.fr/2011/08/15/123-pollution-mortelle-pour-les-400-000-habitants-de-letang-de-berre-leucemie-250-infarctus-54/