Risque d’amiante à l’école : les gendarmes ouvrent une enquête

août 27, 2015 2:44 Publié par Laissez vos commentaires

Démantelement – En régie, les employés municipaux avec leur combinaison et un masque de filtrage ont débuté le démontage des bâtiments. – SL

Les gendarmes de la communauté de brigades Brienon-Migennes sont intervenus, ce vendredi 14 août, sur un chantier de démolition ayant cours à l’école élémentaire André Gibault, de Brienon-sur-Armançon.

Depuis lundi, les employés municipaux, vêtus d’une combinaison et d’un masque, démontent des bâtiments préfabriqués vieux de 50 ans, qui abritaient jusqu’alors le centre de loisirs.

Or, un habitant, Baptiste Clérin, a alerté la gendarmerie, estimant que le risque de présence d’amiante dans ce type de bâtiment – recouvert d’un toit en fibre de ciment – devrait faire l’objet d’une procédure particulière de désamiantage.

« Je suis scandalisé par ce qui se passe » !, s’emporte-il. Il explique avoir alerté les services de la préfecture (*) avant de se rendre à la gendarmerie, et avoir pris contact avec la direction départementale du travail (Directe). « On m’a répondu qu’un contrôle avait été effectué et un procès verbal dressé », jure Baptiste Clérin.

À la Direccte, on n’infirme ni ne confirme la tenue d’un contrôle sur ce chantier. En revanche, on précise que la direction du travail n’a pas autorité pour dresser un procès verbal à une collectivité. Que d’autres leviers d’intervention sont possibles, auprès des tribunaux, portant sur la seule dimension sanitaire du travail des agents.

Les gendarmes, par mesure de précaution, ont établi un périmètre de sécurité autour du chantier, en fin d’après-midi et ouvert une enquête.

Le maire Jean-Claude Carra s’est refusé à tout commentaire.

(*) Contactée, la préfecture doit fournir de plus amples informations dans les heures ou jours à venir sur ce dossier.

Myriam Lebret

Marie Coreixas